Le Mag Distingo

Mag DistingoBudget • Comment bien gérer son argent ?

Comment bien gérer son argent ?

Budget
Bien savoir gérer son budget est d’une importance capitale. Pourtant, on ne l’apprend pas à l’école ! Selon une enquête du comparateur de frais bancaires en ligne Panorabanques.com pour Le Parisien, un Français sur six est à découvert au moins une fois dans l'année et deux sur dix le sont tous les mois. Pourtant, avec quelques règles en tête, il est facile de bien gérer son argent. Nos conseils pour une gestion simple et équilibrée.
Budget

1 – Pourquoi gérer son argent ?

En définissant ce qui vous pousse à mettre de l’ordre dans vos finances, vous augmenterez d’un cran votre motivation ! Il est ainsi intéressant de se poser quelques questions basiques pour cerner ses objectifs. Qu’est-ce qui vous tient à cœur ? Gâter vos enfants ? Pratiquer un sport qui nécessite un bon matériel ? Voyager ? Aller à des concerts ? Pour quel grand projet seriez-vous prêt à économiser ? Quelles sont vos prochaines obligations ? Devez-vous remplacer l’un de vos appareils électroniques ? Devez-vous payer taxe d’habitation ou un impôt ? Écrire des réponses précises à ces questions permet de tenir une ligne ferme et de ne pas céder à la tentation de l’ordinateur dernier cri alors que le vôtre peut encore tenir quelques années.
Ensuite, une bonne gestion vous évitera des découverts récurrents. Pour consentir un crédit à la consommation ou un crédit immobilier, votre banque regardera à la loupe vos découverts, s’ils existent et sont nombreux, vous ne serez pas considéré comme un client fiable…et adieu l’emprunt.
Bien gérer son budget veut aussi dire maîtriser son épargne et donc s’octroyer des plaisirs sans culpabiliser ! Il ne s’agit pas uniquement de se serrer la ceinture. Pouvoir partir en week-end sur un coup de tête parce que l’on a envie de voir la mer ou craquer devant une nouvelle paire d’escarpins ou la dernière montre connectée, c’est important ! Et vous serez serein si vous connaissez parfaitement l’état de vos finances.

 

 

2 – Comprendre ses revenus et ses charges

Une fois votre motivation boostée et vos objectifs bien en tête, vous pouvez diviser vos projets en deux catégories : court terme (acheter des nouveaux meubles pour votre appart) et long terme (un tour du monde) et commencer à économiser chaque mois. Vous serez surpris de constater que votre cagnotte augmente lentement mais sûrement et que vous réussissez de manière relativement indolore à atteindre tous vos objectifs court terme ! Sans aucun doute, les euros supplémentaires à mettre de côté pour votre projet long terme seront moins douloureux car vous aurez repris le contrôle de vos finances. Vos objectifs à long terme sembleront alors de plus en plus atteignables.
Dans un second temps, il est essentiel de connaître précisément vos revenus et vos dépenses mensuels. La première des choses à faire est de déterminer votre « reste à vivre ». Il s’agit de l’argent à disposition après avoir soustrait vos charges de vos revenus. Votre revenu se compose de votre salaire et de vos primes si vous êtes salarié, de vos honoraires ou de votre chiffre d’affaires si vous êtes indépendant. À cela s’ajoute les aides publiques (allocations familiales par exemple) ainsi que les revenus de votre patrimoine et de votre capital (loyers, dividendes, intérêts, etc.). Les charges désignent la somme de toutes les dépenses courantes (loyer, prêts, électricité, eau, abonnements téléphone et internet, nourriture, essence, vêtements, loisir, etc.). Après calcul, si vos charges sont supérieures à vos revenus, plusieurs solutions simples en théorie mais moins évidentes en pratique s’offrent à vous : réduire vos dépenses, augmenter vos revenus ou opter pour une combinaison des deux.
Si, à l’inverse, vos revenus sont supérieurs à vos charges, plusieurs solutions s’offrent également à vous : dépenser plus, épargner plus, ou opter pour une combinaison des deux. Si vous optez pour le choix de limiter vos dépenses, essayez de le faire de manière très pragmatique et non en choisissant le kilo de pommes en promo plutôt que le kilo de votre pomme bio préférée. Il faut être efficace sans pour autant se priver à chaque instant. Comment faire ?
Après avoir identifié vos dépenses, séparez les coûts fixes des coûts variables. Les coûts fixes englobent : le loyer lorsqu’on loue un appartement ou une maison, les échéances de remboursement d’un crédit immobilier ou d’un prêt (étudiant, voiture, travaux…), les assurances (habitation, voiture…), les dépenses énergétiques (eau, électricité, gaz…), la souscription de votre ligne de téléphone portable et votre abonnement internet, et les impôts.
Les coûts variables comportent : les dépenses liées à l’alimentation, les dépenses liées au shopping, les frais liés à des sorties (restaurants, cinéma, théâtre, bowling, bars…), les coûts des abonnements liés à vos loisirs (salle de sport, service de streaming musical ou vidéo…).

Analysez vos coûts fixes et effectuez quelques recherches. Pouvez-vous choisir une assurance moins chère ? Un abonnement téléphonique moins cher ? Déménager dans un appart moins cher ? Renégocier votre remboursement de prêt ? Si vous pouvez couper dans un de ces postes sans trop perdre en qualité de vie, n’hésitez pas ! Malheureusement, ces dépenses sont très souvent incompressibles : vous avez besoin d’un toit, d’un téléphone et de rembourser votre emprunt pour la voiture.
Il est alors temps de se tourner vers vos coûts variables. Il est important de ne pas tout supprimer et de continuer à profiter de vos loisirs mais aidez-vous de quelques astuces. Choisissez un jour dans la semaine où vous n’effectuez aucune dépense variable. Contrôlez vos dépenses de la semaine et allouez-vous un budget précis à ne pas dépasser chaque jour ou chaque semaine.

 

 

3 – Il est temps de faire les comptes !

Un budget maîtrisé se construit avec une répartition équilibrée des différents postes de dépense. Nous vous proposons à titre d’exemple une répartition à ajuster selon vos revenus et besoins : 45 % de son budget à des dépenses fixes (logement, électricité, abonnements multimédia, transports, impôts, assurances) ; 30 % à des dépenses variables (vêtements, santé, nourriture, cadeaux) ; 15 % à l’épargne ; 10 % pour les loisirs et coups de cœur (vacances, sorties, razzia dans les grands magasins).
Cette répartition vous permet de contrôler au mois le mois vos dépenses et d’ajuster si vous constatez une envolée du poste « loisirs et coup de cœur » ! Prévoyez à l’avance vos gros achats et épargnez pour lisser la dépense sur plusieurs mois. Un déménagement ou 3 semaines en Argentine ne s’improvisent généralement pas. Enfin, n’oubliez pas de garder une part de votre épargne pour faire face à de gros achats imprévus. Tout le monde a dû un jour remplacer un lave-vaisselle ou une machine à laver en urgence. Prévoyez de la marge et constituez-vous un fonds d’urgence en épargnant sur un support comme un livret bancaire. Il vous permettra d’assumer les coups durs avec de l’argent disponible tout de suite. Attribuez une petite partie de vos revenus, par exemple 5 % tous les mois, pour atteindre environ 6 mois de salaire d’épargne en fonds d’urgence. Pour y arriver, mettez certains de vos revenus inhabituels de côté : au lieu d’utiliser une prime, mettez une partie de la somme touchée de côté.
Pour l’épargne long terme, il est recommandé de ne pas se cantonner aux placements à capital garanti et de se tourner vers des placements plus risqués mais aussi rémunérateurs comme la Bourse ou une assurance vie en fonds dynamiques.

 

 

 

Améliorez votre éducation financière !

On a tendance à penser que le sujet des finances personnelles est extrêmement compliqué. Qu’il faut être mathématicien ou trader pour y comprendre quelque chose. Mais le sujet est en réalité bien plus accessible qu’il n’y parait. Les livres, site web ou tutos sont pléthores. Allez-y !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Nos conseillers sont à votre disposition

0970 81 82 83

Du lundi au vendredi de 9h à 19h, et le samedi de 10h à 17h, hors jours fériés. Coût d'un appel local, numéro non surtaxé.