Epargne

Tout savoir sur l’épargne et le couple

11/02/2019

Certes l’amour rend aveugle, mais en matière d’argent mieux vaut rester rationnel. Pour cela, deux raisonnements s’offrent à vous : tout partager, ou séparer les biens de chacun.
Concernant votre épargne, l’affaire peut devenir d’autant plus compliquée, surtout si vous cherchez à faire travailler efficacement votre argent.
Alors, finalement, comment épargner en couple, pour deux, tout en préservant sa propre part ?

A la recherche du juste milieu …

Le saviez-vous ? Hommes et femmes ne portent pas toujours le même regard sur l’épargne1. En découlent des comportements différenciés concernant le rapport au risque ou l’attrait pour des placements sûrs. Les femmes sont, en effet, davantage prudentes (72% des femmes, contre 62% des hommes), tandis que les hommes sont plus optimistes et donc plus aventuriers (27% des hommes, pour 12% des femmes).

À l’inverse, il existe une vision commune sur les raisons d’épargner, comme le bénéfice d’avoir de l’argent de côté en cas de coup dur (74% des Français), d’anticiper une dépense (45%) ou de préparer l’avenir des enfants (34%). Tous deux se rejoignent aussi sur le rendement de leur épargne jugé pas assez élevé (89%), et la volonté de pouvoir choisir les projets financés par leurs économies. Lesquelles pourraient être mises au service de l’épargne responsable (75%) pour le financement de projets locaux ou régionaux, d’intérêt général ou soutenant l’innovation en France.

Concrètement comment épargner à deux ?

Pour cela, il vous faut trouver la solution adaptée à l’objectif de votre couple.

Pour épargner, oubliez le compte joint qui, malgré son utilité pour la gestion du quotidien et des dépenses liées, n’est pas une solution. Même s’il est très utilisé par les couples, sa rémunération équivaut à zéro.

Pour cette raison, munissez-vous d’autres supports plus performants tels que les livrets d’épargne (réglementés ou non), ou bien les comptes à terme.

Les livrets réglementés

Et là, on vous dit : attention au cadre légal ! Puisqu’il n’est pas possible d’en ouvrir un à deux, mais uniquement à titre individuel. Par contre, vous pouvez sans problème l’alimenter ensemble.

=> Si vous n’ouvrez qu’un seul livret par couple (possédé par l’un des conjoints) :
Vous pourrez y centraliser votre épargne, et effectuer des virements, tout en n’étant pas imposés sur les intérêts générés.

Attention cependant à bien avoir en tête les conditions d’accès et juridiques :

  • Certains livrets sont très restrictifs comme le Livret Jeune et le LEP.
  • Et, la notion d’ouverture à titre individuel, et donc de plein-droit, est déterminante dans certaines situations. Par exemple : sous le régime de la séparation des biens (mariage, PACS, concubinage) et y compris en cas de séparation, chaque conjoint garde les pleins-droits sur les produits d’épargne ouverts à son nom, et qu’importe qui les a vraiment alimentés. En cas de décès, hors mariage et en l’absence de testament, tous les avoirs bancaires du défunt font partie de sa succession, et le conjoint n’en hérite pas par défaut. Seule exception à la règle : mariés, sans contrat de mariage, en cas de séparation ou de décès, votre épargne sera considérée comme commune.

=> Si vous ouvrez chacun votre propre livret :
Vous épargnez chacun de son côté et pouvez donc doubler vos plafonds, et bénéficiez d’une exonération pour chacun, pour ce placement, d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

Les livrets non réglementés

Un complément d’épargne, seul ou à deux, ça vous tente ? Proposés par certaines banques, les livrets non réglementés sont faits pour vous. Leur taux sont définis par les établissements les proposant. Ils peuvent être ouverts de façon individuelle et nominative, ou sous forme d’un livret joint. Performants, ils peuvent rapporter jusqu’à 1% dans le cas du livret Distingo, qui accepte plusieurs co-titulaires. Soit une épargne sécurisée, en permanence libre d’accès, et avec une gestion sans frais.

Ce placement en co-titularité permet, ainsi, d’épargner en couple sur un seul et même support. Pour envisager des projets et les financer ensemble, tels que les travaux de rénovation de la maison, un beau voyage en famille, ou les études des enfants, …. Son plafond étant quasiment illimité (jusqu’à 10 000 000 euros maximum), il peut venir en complément des livrets réglementés. Mais, il est soumis aux prélèvements sociaux et fiscaux.

Les comptes à terme

Pour faire encore davantage fructifier votre argent, optez également pour un compte ou plusieurs comptes à terme. Ils sont nominatifs et soumis à l’impôt et aux prélèvements sociaux, mais possèdent un rendement attractif, qui vaut le détour, avec certains contrats de longue durée aux taux indexés ou progressifs. Comme, le compte à terme Distingo avec lequel, plus vos fonds travaillent longtemps, plus votre taux sera intéressant allant jusqu’à 1,3% pour un placement sur 3 ans. Le nombre de compte à terme par personne n’est pas limité, seul le solde placé doit être de minimum 1000 euros. Le versement sur le Compte à terme se fait exclusivement depuis votre Livret d’épargne DISTINGO, en une seule fois.
C’est donc un bon support pour épargner individuellement afin de financer des projets de couple.

Épargner en couple ou individuellement mérite une vraie réflexion afin de se projeter dans le futur, et dans de potentiels projets.
Alors quand on aime, on pose les pour et contre de chaque situation d’épargne et de ses impacts, et ensuite seulement on prend une décision.

« Parlons peu, parlons bien »

– Hommes comme femmes, chacun a un comportement d’épargne spécifique, ou pas ! En effet, on a déjà vu des femmes fans de boursicotage, ou des hommes fuir comme la peste les placements risqués.
– Épargner en couple c’est faire travailler ses économies, tout en ne négligeant pas de les protéger des aléas de la vie.
– Rien de mieux que la complémentarité en tout domaine : en ménage comme en épargne ! Varier ainsi les supports pour profiter des avantages de chacun.

1 Etude Opinion Way pour mieuxplacer.com, avril 2017

#avenir #couple #enfant #épargne #livrets #long terme #patrimoine #performance #projets