X

INFORMATION : Nous vous rappelons que le siège social de PSA BANQUE FRANCE a été transféré de Gennevilliers à Poissy (78300), 2-10 boulevard de l'Europe, et est désormais immatriculé au RCS de Versailles (652 034 638). A compter du 23 septembre, nous vous remercions d'adresser tous vos courriers à PSA BANQUE - TSA 84321 - 92563 RUEIL MALMAISON Cedex

Projets
À l’heure où les marchés plongent et sont incertains, la tentation d’investir dans l’immobilier est grande. Mais il ne faut pas oublier que les prix du marché fluctuent aussi au gré de la situation économique. Alors, comment prendre les bonnes décisions ? Risque-t-on d’assister à une crise immobilière ? Peut-on investir sereinement ? Mise au point.

Immobilier : faut-il investir en période de crise ?

30/06/2020

Comment les dernières crises ont-elles influencé l’immobilier ?

Il reste très difficile d’anticiper l’effet de la crise Covid-19 sur le marché de l’immobilier car la situation, autant d’un point de vue économique que social, est inédite. Cependant, l’impact des dernières crises sur l’immobilier peut servir de point de repère.

D’abord, il faut garder en tête que la pierre peut baisser. Au début des années 1990, la forte hausse des taux d’intérêt avait rendu les investissements immobiliers très compliqués. Conséquence : l’offre était supérieure à la demande et les baisses de prix avaient atteint les 40 % entre 1991 et 1997, y compris en Ile-de-France. Fait rassurant : nous avons assisté à une hausse quasi continue de l’immobilier dans les années qui ont suivi cette crise, en particulier dans les grandes métropoles dynamiques.

En 2008, la crise des subprimes avait quant à elle entraîné une baisse des prix de 8 % en France. Mais là encore, un spectaculaire rebond s’était produit dès le printemps 2009, grâce notamment à l’injection massive de liquidités par l’État.

 

De fortes disparités régionales

La correction des prix aura certainement lieu dans les grandes métropoles, mais elle devrait être bien plus importante dans les villes moyennes et les zones urbaines et rurales. L’attractivité y est encore moins forte et les ménages y sont plus impactés par le ralentissement économique lié à la crise sanitaire.

Alors, faut-il investir dans l’immobilier dès maintenant ou attendre 6 mois pour statuer de l’état du marché ?

Nous savons que les cycles de la pierre s’inscrivent dans un temps plus long que ceux de la finance, et résistent donc mieux aux mouvements de panique. Un investissement immobilier s’inscrit dans une démarche de long terme et non spéculative. Si votre projet est mûr, si vous en avez les capacités financières et si vous trouvez un logement qui vous plaît vraiment, alors foncez. L’achat d’une résidence principale ou d’un bien destiné à la location reste pertinent. Mention spéciale pour le Grand Paris qui offre des opportunités d’investissement à coût réduit !

 

Des taux d’intérêt incertains

Autre avantage à acheter maintenant : vous échappez à une éventuelle forte hausse des taux d’intérêt. Une quinzaine de banques ont relevé leurs tarifs en avril 2020, de 0,15 à 0,25 %, et cette tendance s’est poursuivie en mai (+0,08 % à +0,16 %.)

On ignore tout de l’évolution des taux de prêt immobilier dans les mois à venir… Les banques pourraient aussi relancer la demande par un effort important en baissant leurs taux, mais là encore, pas de certitude.

Vous envisagez un investissement locatif ? N’oubliez pas que vous pouvez toujours défiscaliser si vous achetez un bien immobilier pour le placer en gestion locative : la loi Pinel pour des logements neufs et la loi Denormandie pour les logements anciens offrent un avantage fiscal jusqu’à 63 000 € sur 12 ans. Avec des revenus fonciers à la clé.

#épargne #immobilier #intérêt #investissement #projet #taux