Le Mag Distingo

Mag Distingo • News • Crypto : l’art digital, un marché révolutionnaire

Crypto : l’art digital, un marché révolutionnaire

News
Le marché de l'art, comme d'autres, n'en finit pas d'être bousculé par la révolution numérique. Les ventes en ligne d’œuvres bien réelles existent depuis longtemps. Mais depuis peu, des créations entièrement virtuelles prennent la relève. En mars 2021, une œuvre numérique de l’artiste américain Beeple, inconnu jusqu’alors, a été vendue 69, 3 millions de dollars par Christie’s. Record absolu pour l’art digital qui bouleverse le marché mondial de l’art.
News

1 – La techno derrière le crypto-art

L’acquéreur de l’œuvre de Beeple n’a pas acheté l’œuvre elle-même. L’œuvre est numérique, c’est donc un fichier que l’on peut dupliquer et copier-coller à l’infini…mais alors pourquoi l’acheter 70 millions de dollars si tout le monde peut en posséder une copie gratuite sur son ordinateur ? Explications : l’acheteur d’une sculpture en bronze a le bien physique sous les yeux, il est évident qu’il en est le propriétaire. Quand il s’agit d’une œuvre d’art digital, tout le monde peut l’admirer sur son ordinateur. En revanche, seul le propriétaire reçoit un NFT (Non Fongible Token) représentant un certificat de propriété unique – un jeton non échangeable. Ce jeton (ou actif numérique) a une certaine valeur financière. Il est unique et n’est pas échangeable contre un autre NFT, contrairement au bitcoin, une crypto monnaie échangeable contre n’importe quel autre bitcoin. Concrètement, lorsqu’une personne achète un NFT, ce n’est pas l’objet qu’elle acquiert, mais des données qui prouvent qu’elle en est propriétaire. Les NFT sont stockés sur la blockchain Ethereum, une technologie permettant d’entreposer et de transmettre des informations de manière transparente et sécurisée. Cette mouture moderne des certificats d’authenticité permet d’assurer que l’on est bien propriétaire d’une œuvre numérique, et de suivre son historique de vente.

 

 

2 – L’art en ébullition

L’art numérique représente de nouvelles possibilités artistiques. Beaucoup de créateurs peuvent pour la première fois exprimer leur vision et leur langage de façon totalement libérée, ils n’ont plus à se soucier des désidératas de leurs clients, agences de pub, etc. Internet leur donne une vitrine mondiale, un musée virtuel, accessible partout. La localisation de l’artiste, de la galerie et de l’acheteur n’a plus d’importance.

L’art numérique c’est l’utilisation d’outils de création relevant du digital : logiciels informatiques, réalité virtuelle et augmentée, art interactif, robotique, photographie numérique, expériences immersives, autant d’instruments et de techniques nouvelles qui ouvrent une nouvelle ère dans l’histoire des arts. Les œuvres deviennent technophiles : en mouvement, capable de générer automatiquement de nouvelles œuvres, d’interagir avec l’intelligence artificielle, etc.
L’œuvre de Catherine Ikam, pionnière des arts numériques, est un bel exemple d’art digital. Dans ses installations, les visiteurs interagissent avec des personnages virtuels : des visages tombent en éclats, des portraits génératifs se composent et se décomposent face au spectateur.

Dans ce nouveau monde de l’art digital, l’artiste se doit d’évoluer en maitrisant des technologies de pointe.

 

 

Le chiffre clé : Les NFT représentent deux tiers de la valeur des ventes en ligne, soit 2% du marché de l’art global en 2021.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Nos conseillers sont à votre disposition

0970 81 82 83

Du lundi au vendredi de 9h à 19h, et le samedi de 10h à 17h, hors jours fériés. Coût d'un appel local, numéro non surtaxé.