Le Mag Distingo

Mag DistingoNews • Les alternatives au livret A

Les alternatives au livret A

News
55 millions de livrets. C'est le nombre de Français qui possèdent un Livret A. Un taux de détention de près de 81 %, qui confirme la place prédominante qu'occupe ce produit - plafonné à 22.950 euros pour les personnes physiques - dans les choix d'épargne des Français. Ce nombre est d'ailleurs très supérieur aux autres solutions de placements vers lesquelles se tournent traditionnellement les Français. Pourtant, il existe d’autres possibilités. Tour d’horizon.
News

1 – Commençons par un rappel des caractéristiques du Livret A

Les minimums de versements et de retraits sur le livret A sont de 10 euros. Le taux de rémunération est fixé par l’État. A 8,5% en 1981, il a continuellement chuté. Aujourd’hui à 2 %, il ne permet pas de se protéger de l’inflation qui est de 5,6 % en septembre 2022. Le livret A conserve néanmoins des avantages. Il n’y a aucuns frais. Cent euros versés sont donc cent euros investis. Il n’y a aucune pénalité en cas de retrait. Il est ouvert et disponible pour tous avec une durée illimitée. Vous pouvez donc le garder à vie et effectuer des versements libres jusqu’à la limite de son plafond d’investissement de 22 950 euros. Il est 100% garanti et sécurisé.
Le livret A offre à tout épargnant une épargne sécurisée contrairement à certains placements, certes plus attractifs, mais qui ne garantissent pas le capital engagé.
Il n’y a aucune fiscalité. Contrairement à certains plans d’épargne comme l’assurance-vie en fonds en euros par exemple, le livret A est exonéré d’impôts et de prélèvements sociaux. Les fonds sont liquides. Votre argent placé est facilement disponible, dès que vous le souhaitez, sans frais.

 

2 – Les alternatives « réglementées »

Les conditions d’accès, les taux de rémunérations, les plafonds et le taux d’imposition sont réglementés par l’État.

A) Le Livret Jeune, l’épargne dès 12 ans

Ce compte d’épargne réservé aux personnes de 12 à 25 ans présente plusieurs avantages : un taux de rendement de 2% , soumis à aucun frais, à aucuns prélèvements sociaux et il est exonéré d’impôt sur le revenu. En revanche, son capital ne peut excéder 1600 Euros, c’est un plafond peu important. Le livret jeune est intéressant pour commencer à épargner peu à peu et sans aucun risque dès l’adolescence.

B) Le LDDS : le prolongement du livret A, à connotation durable

Le Livret de développement durable a été lancé le 1er janvier 2007 pour remplacer le Codevi (Compte pour le développement industriel). Aujourd’hui, les banques ont l’obligation d’utiliser les sommes collectées dans le cadre du LDDS pour octroyer à leurs clients des prêts pour l’amélioration de la performance énergétique du logement, à des taux attractifs. Le taux actuel du LDD solidaire est de 2 % depuis aout 2022, avec une fiscalité nulle, des fonds disponibles à tout moment et un capital garanti à hauteur de 100 000 euros en cas de faillite de la banque. Le plafond de 12 000 euros est relativement bas mais en le cumulant avec un livret A, la cagnotte d’épargne sans risque devient intéressante.

C) Le LEP, le Livret d’Épargne Populaire, pour les faibles revenus

Comme les précédents livrets, le livret d’épargne populaire permet de se constituer une épargne en toute sécurité avec en plus, un taux attractif de 4,6 %. En revanche, il est réservé aux personnes dont les revenus ne dépassent pas un certain montant. (En 2021, le revenu fiscal avec une part ne doit pas dépasser 20 016 €). Le plafond à 7 700 € constitue sa principale limite. C’est une solution réservée aux foyers les plus modestes.

D) Le CEL, le Compte Épargne Logement, une épargne coup de pouce en prévision de travaux ou d’achats immobiliers

Le compte épargne logement ou CEL est un placement dédié à un futur investissement immobilier. Les retraits sont libres, sous réserve que le capital minimal à verser à l’ouverture (300 euros) ne soit pas entamé. Avec un taux de 1,25% et un plafond réduit (15 300 €), il s’agit finalement d’un compte d’épargne disponible attaché à un hypothétique projet immobilier. Le CEL peut vous permettre d’obtenir un taux privilégié dans votre établissement bancaire (mais ce n’est pas une garantie). Il peut aussi vous aider à financer des travaux de rénovation ou d’entretien. Pour une épargne mieux rémunérée, mieux vaut se tourner vers un livret bancaire par exemple.

E) Le PEL, le Plan Épargne Logement, une épargne sans risque rémunérée à 1%

Le Plan Épargne Logement (PEL) est un outil d’épargne bloqué pendant 4 ans minimum et rémunéré au taux de 1 %. Le montant maximum que vous pouvez verser sur le PEL est de 61 200 €. Ce plan vous permet d’obtenir un prêt dont le montant varie en fonction de la durée du plan et des intérêts que vous avez acquis, avec un maximum du prêt de 92 000 €.
Il est destiné à financer l’achat d’un bien immobilier ou des travaux dans un bien que vous possédez déjà. Le taux du prêt est fixé dès l’ouverture du plan à 2,20 %.
Aujourd’hui les conditions des prêts immobiliers liés au PEL peuvent se révéler moins intéressantes que celles des prêts immobiliers « classiques » compte tenu de la faiblesse actuelle des taux, mais en ouvrant aujourd’hui, un PEL, vous êtes certains de bénéficier d’un taux à 2,2% dans 10 ou 15 ans. Dans tous les cas, le Plan Épargne Logement est un outil qui permet de constituer une épargne régulière et sans risque dans la durée.

Tout comme le CEL, les intérêts perçus d’un PEL ouvert à partir de 2018 sont soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

3 – Les alternatives « déréglementés » correspondant aux produits proposés par les banques

A) Les comptes à terme, à choisir avec discernement

Un compte à terme est un compte d’épargne, qui en échange du placement d’une somme bloquée pendant une durée déterminée (de quelques mois à quelques années), permet de bénéficier de taux d’intérêt attractifs. C’est un contrat que l’on signe avec une banque pour un placement d’une durée allant de 6 mois à 5 ans généralement. Le rendement dépend de la durée du placement et du taux proposé par la banque. Il faudra donc faire une comparaison des taux disponibles au moment où vous aurez de l’argent à placer. Afin de trouver le « meilleur » compte à terme, vous devrez mettre en concurrence un maximum d’établissements bancaires, tant les conditions varient d’une banque à l’autre.

B) Les super livrets, plafonds illimités !

Les « super livrets » sont des produits d’épargne dont le taux d’intérêt n’est pas réglementé par l’État. Le rendement de ces livrets bancaires varie donc d’un établissement bancaire à un autre. Disponibles en permanence, Ils ne sont pas soumis à un plafond de dépôts et sont fiscalisés. Le taux est très souvent boosté sur les premiers mois, ce qui rend le super livret très intéressant si l’on a une grosse somme à placer sur une courte période. En revanche, si vos livrets A et LDD ont atteint leur plafond, il est intéressant de garder son super livret sur le long terme même lorsque le taux devient moins attractif.
Au moment de choisir votre livret, vérifier bien qu’une gestion en ligne de soit possible et que vous disposez d’une carte de retrait gratuite.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Nos conseillers sont à votre disposition

0970 81 82 83

Du lundi au vendredi de 9h à 19h, et le samedi de 10h à 17h, hors jours fériés. Coût d'un appel local, numéro non surtaxé.