Projets

Femmes entrepreneures : comment financer son projet ?

18/06/2019

En France, en 2018, les femmes représentaient 40 % des créateurs de micro-entreprises, contre 30 % en 2006. Cette progression, présente partout dans le monde, montre le dynamisme de l’entreprenariat au féminin, et la part importante qu’il occupe au sein de l’économie globale.

Poussées par le désir d’accomplissement et la volonté de créer, les entrepreneuses peuvent s’appuyer sur de nombreuses aides en complément de leur propre épargne personnelle.

Penchons-nous donc sur les clefs de cette réussite au féminin en France et ailleurs.

Les levées de fonds : petit coup d’œil Outre-Atlantique

Parmi d’autres initiatives, celles du fonds d’investissement américain Females Founders Fund , créé par les plus grandes dirigeantes du monde des start-ups. Females Founders Fund, organise régulièrement des levées de fonds au profit du lancement de starts-up innovantes gérées par des femmes. Le montant obtenu a connu une belle progression : 23 millions d’euros en 2018, contre 7 millions en 2013. Soit un succès notable, parrainé par de grands noms comme Melinda Gates, philanthrope et femme de Bill.

Mis à part ce beau support financier, Females Founders Fund propose aux jeunes starts-ups d’intégrer un écosystème de femmes entrepreneures faisant partager leur savoir-faire et leurs expériences.

Et chez nous, on en est où ?

En France, nous sommes plutôt chanceux. Les pouvoirs publics veulent faire progresser la mixité et l’égalité professionnelle, et pour cela ils soutiennent les porteuses de projet.

Les femmes souhaitant créer ou reprendre une activité peuvent s’appuyer, entre autres, sur :

  • Des financements, comme la garantie Egalité Femme qui facilite l’accès au crédit bancaire, le prêt d’honneur initiative France renforçant les fonds propres des femmes pour qu’elles accèdent plus facilement à des prêts élevés, sans oublier leur épargne dédiée à leur entreprise.
  • Un soutien de proximité, au travers de dispositifs locaux comme les plans d’actions régionaux (PAR), ou d’incubateurs proposant un hébergement de start up ou du mentoring.
  • Des événements dédiés, pour encourager la réussite au féminin comme la Semaine annuelle de Sensibilité à l’Entreprenariat Féminin, ou la Journée des Femmes Entrepreneures.

L’épargne personnelle avant tout

Pour toute femme, créer ou reprendre une entreprise signifie qu’il faut rassembler des fonds pour procéder au démarrage de son activité, comme pour en assurer sa pérennité.

Avant de compter sur les aides publiques, il est toujours bon de capitaliser sur ses propres deniers. Cette réserve financière est un vrai plus dans les négociations bancaires, une garantie de sérieux, de motivation mais aussi de réalisme vis-à-vis des financeurs et investisseurs.

L’épargne initiale doit comprendre :

  • Le montant nécessaire au démarrage de votre activité,
  • Des fonds, dits d’épargne de précaution, pour assurer la continuité de l’activité pendant quelques mois en cas de perte de revenus.

L’épargne de précaution peut être alimentée régulièrement pour assurer encore plus de sécurité à l’entreprise. Vous pouvez par exemple virer, automatiquement et mensuellement, a minima 10% de vos revenus.

Certains supports d’épargne font travailler et fructifier les réserves d’argent de la société, sans risque, en laissant les liquidités accessibles à tout moment. Comme les livrets d’épargne, dont ceux soumis à l’impôt et qui présentent un taux de rémunération plus élevé. C’est le cas par exemple du Livret Distingo qui propose un taux nominal annuel brut de 1%(1) avec un montant de dépôt quasiment illimité (plafond à 10 000 000 euros).

L’entreprenariat féminin progresse et gagne en visibilité. Pour le soutenir de nombreuses aides existent. Mais la clé, pour le financement de son projet et la continuité de son activité, reste une épargne dédiée et disponible en permanence.
 

« Parlons peu, parlons bien »
– Les pouvoirs publics français favorisent l’accès à l’entreprenariat au féminin.
– Au-delà des aides publiques, l’épargne personnelle constitue une source de financement incontournable lors d’une création ou reprise d’activité.

(1) Taux nominal annuel brut de 1,00% jusqu’au 30 juin 2019 inclus, puis 0,80% à partir du 1er juillet 2019, susceptible de variations. Les intérêts sont calculés selon la règle des quinzaines et sont soumis aux prélèvements sociaux et fiscaux.

#capital #entreprenariat #épargne #Femme #financement #initiative #parité #précaution #projet